Ancienne ministre française de l’Economie numérique puis de la Culture, Fleur Pellerin pilote désormais, depuis Paris, le fonds d’investissement technologique Korelya. Une reconversion rare en forme de plaidoyer pour la France de l’innovation.

Quelle vie après la politique? En France où cette question est souvent ignorée par les élus professionnels accrochés à leurs mandats et aux ors de la République, Fleur Pellerin contraste étonnamment. Après une météorique carrière de ministre durant le quinquennat de François Hollande – dont elle fut l’une des «amazones» les plus en vue durant la campagne présidentielle de 2012 – l’intéressée est aujourd’hui pleinement femme d’affaires, à la tête du fonds d’investissement technologique Korelya Capital.

Objectif: faire financer les jeunes pousses digitales tricolores et européennes les plus prometteuses par des investisseurs asiatiques davantage portés d’ordinaire vers le monde anglo-saxon. Un pari économique résolument politique, pour cette énarque qui, pour préserver sa liberté et sa crédibilité, a choisi en 2016 de démissionner de la haute fonction publique.

Lire la suite sur https://www.letemps.ch/economie/2017/02/07/marche-francais-capitalrisque-riche-dopportunites